Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Jan 25

Veille – Les dons en baisse au Canada

« The 2016 Generosity Index » portant sur la générosité des Canadiens et des Américains réalisé par l’Institut Fraser montre une baisse des dons des contribuables canadiens entre 2004 et 2014.

La tendance générale au Canada ces dernières années montre à la fois une baisse du pourcentage de contribuables qui font des dons, ainsi qu’une diminution de la part de leurs revenus réservée à ces dons.

C’est au Manitoba qu’a été observée la plus forte proportion de contribuables ayant fait un don en 2014 (24,8 %) , alors que le don moyen le plus important a été enregistré en Alberta (2443 $). Le Québec se place en 9ème position des 13 territoires canadiens pour ce qui concerne la proportion de contribuables ayant déclaré un don (19,8%) et  le dernier rang pour le don moyen réalisé.

L’étude souligne que les contribuables américains font des dons dans une plus grande proportion qu’au Canada et qu’ils y consacrent un plus grand pourcentage de leurs revenus.

En 2014, 25,5 % des contribuables américains ont déclaré un don représentant en moyenne 1,42 % de leurs revenus. La même année, 21,3 % des contribuables canadiens ont déclaré avoir donné, y consacrant 0,56 % de leurs revenus, le plus bas pourcentage enregistré en dix ans.

Pour en savoir plus

 

Jan 25

Veille – En Suisse, les œuvres d’entraide pénalisées par les taux d’intérêt bas, un article du Temps

Selon l’organisation Zewo, les dons en Suisse n’ont pas progressé en 2016, après avoir atteint un niveau record en 2015.

Depuis 10 ans, le montant total des dons avait toujours augmenté d’une année sur l’autre atteignant en 2015 le niveau record de 1,8 milliard de francs suisses. L’absence de progression en 2016 pourrait s’expliquer par une moindre contribution des fondations donatrices qui ont souffert de la baisse des rendements financiers. En effet, certaines fondations ne peuvent verser que les revenus issus de leur fortune.

Une autre raison de cette stagnation des dons serait l’absence d’événements extraordinaires qui auraient amener les Suisses à donner spontanément, comme pour le tremblement de terre au Népal en 2015.

Lire l’article du Temps

Oct 28

Veille – Baromètre de la confiance 2016

logo_comite_charteLe Comité de la Charte a publié le 19 octobre dernier son Baromètre de la confiance 2016.

Deux faits particulièrement saillants ressortent de cette 9e édition du Baromètre de la confiance :

– une stabilité remarquable de la confiance des Français dans les associations et fondations qui font appel aux dons. 56% des Français interrogés font confiance aux associations et fondations faisant appel aux dons.

les Français les plébiscitent comme canal privilégié dans la prise en charge des missions d’intérêt général, avec deux nouveaux axes qui viennent conforter la reconnaissance de cette légitimité : l’aide et l’accompagnement des réfugiés et demandeurs d’asile et l’aide aux victimes de conflits dans le monde. Des tendances qui se révèlent encore plus prononcées chez les jeunes.

Accéder aux résultats complets

 

Oct 28

Veille – Les fondations, partenaires du développement – OCDE

logo-ocde Les fondations philanthropiques privées jouent un rôle important dans le paysage du financement du développement d’aujourd’hui – non seulement dans la mobilisation des ressources financières, mais aussi en tant qu’acteurs du développement à part entière.

La contribution du secteur caritatif au développement a été multipliée par près de dix en moins d’une décennie.

Le chapitre consacré aux fondations comme partenaires du développement du Rapport de l’OCDE « Coopération pour le développement 2014 » explore les différentes pistes pour renforcer les liens entre ces fondations et les organismes publics d’aide au développement, en mettant à profit les avantages comparatifs de chacun au profit du développement.

Les fondations disposent en effet d’une plus grande liberté de fonctionnement que les organismes publics, de capacités d’innovation et de prise de risque, et la possibilité de mobiliser des financements additionnels.

Lire le chapitre « Les fondations, partenaires du développement »
En savoir plus

 

Articles plus anciens «

« Articles plus récents

Voir plus d’éléments