«

»

Sep 17

La Carte du Tendre N°14

CerPhi - La Carte du Tendre
Numéro 14 / 14 mai 2012
Renouveau de la philanthropie : comment aller plus loin ?
Depuis une décennie, la philanthropie connaît un renouveau sans précédent. Marqué par la grande philanthropie, celle des donateurs en capacité de faire des dons de dizaines, voire de centaines de milliers d’euros, il se manifeste aussi par le mécénat des grandes entreprises, encouragées par des dispositifs fiscaux et législatifs adaptés à leurs besoins, ainsi qu’à travers l’émergence d’une économie sociale et solidaire, aux multiples passerelles avec le monde de la générosité.
Envisagée aujourd’hui de plus en plus largement comme un complément puissant à la prise en charge de l’intérêt général aux côtés des Etats, la philanthropie est encouragée à se développer.

Encore faudra-t-il réussir à mieux l’orienter, pour passer à une autre échelle, à la hauteur de la baisse de la capacité des Etats à prendre en charge les besoins croissants auxquels ils sont confrontés.

Comme le soulignent les acteurs de la conférence « Philanthropy for the 21st Century », organisée en février dernier par la Fondation Ditchley, des changements culturels, autant que réglementaires, sont encore nécessaires pour rendre la philanthropie plus facile, plus naturelle, plus gratifiante et plus convaincante, notamment auprès des jeunes générations (1).

En attendant les résultats de l’édition 2012 du Baromètre France générosités / CerPhi qui permettra de faire le point sur l’évolution de la générosité des Français en période de crise, les chiffres publiés par l’Istituto Nazionale Donazioni révèlent une baisse de 26 % du montant des dons en 2011 en Italie, par rapport à l’année 2010.

En Grande Bretagne, la politique de la « Big Society » lancée il y deux ans, se voit menacée dans son financement par les récentes mesures prises par le gouvernement pour diminuer la possibilité de déduction fiscale des dons pour les plus riches.

Autant de signaux d’alerte, qui montrent que s’il y a lieu d’être optimiste quant à la capacité, à terme, des acteurs privés à contribuer plus largement à la prise en charge de l’intérêt général, la progression des financements reste à court terme fragile et ne pourra se faire que grâce à un engagement partagé et une vraie volonté d’innover, de la part de tous les acteurs concernés.


Antoine Vaccaro,
Président du CerPhi
(1) : « Encourager le renouveau de la philanthropie » / Synthèse de la conférence du 15 mars 2012 à l’Ecole de Paris du Management
Point de vue d’expert
Le financement de la « Big Society » menacé ?
Au Royaume-Uni, le financement de la « Big Society » est menacé par la décision de diminuer la possibilité de déduction fiscale des dons pour les plus riches, qui pourrait coûter cette année aux associations au moins 150 millions de livres. Benedict Rickey, consultant de New Philanthropy Capital, fait le point sur la question pour le CerPhi.
>> Lire la suite
Quoi de neuf au CerPhi ?
Une nouvelle offre en expérimentation : le Bilan Philanthropique®
Depuis Avril, le CerPhi, et ses partenaires, Equitel[1] et Christelle Van Ham[2], expérimentent auprès d’un échantillon de grandes entreprises le Bilan Philanthropique®, une offre innovante destinée à analyser puis à optimiser les actions citoyennes des entreprises.

Notre démarche se base sur le constat que les entreprises, même les plus avancées, n’ont pas une vision globale de l’impact de leurs actions citoyennes, c’est à dire, au delà de leur mécénat stricto sensu, de l’ensemble de leurs initiatives volontaires en faveur de l’intérêt général.

C’est pourquoi le CerPhi et ses partenaires ont associé leurs expertises, pour mettre au point une méthodologie permettant aux entreprises :
• de faire un état des lieux de l’ensemble de ces actions,
• d’en faire une analyse à la lumière de la vision qu’en ont leurs parties prenantes,
• d’en faire ressortir des recommandations stratégiques pour optimiser la cohérence et l’efficacité de ces actions,
• de se positionner par rapport à l’ensemble des entreprises de leur secteur.

 

Pour en savoir plus, contactez nous : contact@cerphi.org


[1] Equitel accompagne depuis plus de 10 ans les entreprises sur leurs stratégies citoyennes et l’implication de leurs stocks olders
[2] Christelle Van Ham accompagne les entreprises sur leurs problématiques d’impact social et d’innovation
Conseil études
Comment renforcer et maîtriser le rayonnement d’une marque associative via les médias sociaux ?
Nouvel espace d’échange, nouveau vecteur d’influence sur les opinions, le web et les médias sociaux sont des acteurs incontournables de toute stratégie de communication. Néanmoins, la logique de circulation de l’information sur le web se distingue des procédés de la communication classique. Les discours qui émanent du web n’ont pas tous la même valeur, ni le même impact sur l’image de l’association et/ou de la cause qu’elle porte. Chris Olivier et Anne Battestini, sémiologue et consultante pour le CerPhi, font le point sur la spécificité de la communication d’une marque associative via les médias sociaux et proposent un protocole d’étude pour renforcer et maîtriser son rayonnement.
>> Lire la suite
Brèves
Italie, Tendances 2011

En Italie, la collecte de fonds des organisations sans but lucratif auprès des particuliers et des entreprises a chuté de 26% entre 2010 et 2011 (Source : Istituto Nazionale Donazioni)
Confirmant une tendance déjà amorcée, davantage d’organismes voient chaque année diminuer leur collecte, en particulier en fin d’année. Fin 2011, ils étaient presque 30% de plus qu’en 2010 à faire ce constat.

Pour 59% des donateurs, cette baisse de la générosité est une conséquence de la crise.
Celle-ci se traduit notamment par une augmentation de la proportion des petits dons (moins de 20€) qui représentent désormais près de la moitié du total des dons, soit 12% de plus qu’en 2010.
A l’inverse, les dons de 21 à 50 € ne représentent plus que 16 % du total des dons (-12%) et ceux de plus de 100 € ne représentent plus que 7% (- 9%).

Concernant les secteurs qui bénéficient de ces dons, la recherche scientifique reste en tête des secteurs avec 37% du total mais accuse une baisse de 12%, suivie par la lutte contre la pauvreté et par les causes humanitaires, qui elles aussi suivent une tendance négative.
Seules continuent à croître le parrainage, l’aide à l’enfance et la santé.
Fondations d’entreprise

IMS-Entreprendre pour la Cité a publié le premier Baromètre des fondations d’entreprise. Focalisé sur les fondations créées par les entreprises en France, ce baromètre souligne 8 points clés :

– Un lien stratégique avec le métier de l’entreprise : 53% des fondations déclarent que leur objet est en lien avec le métier de leur entreprise.
– Des ressources humaines en augmentation : un quart des fondations ont une équipe de plus de trois personnes.
– Une action en priorité sur les domaines sociétaux : en tête des causes soutenues : l’éducation (59%), l’action sociale (58%), l’insertion professionnelle (52%)
– Les jeunes, cible privilégiée des fondations : 52% des fondations soutiennent des projets en faveur des jeunes
– Des budgets majoritairement reversés en France: 60% des budgets sont affectés en France
– Une forte implication des collaborateurs : 8 fondations sur 10 impliquent les collaborateurs
– Une présence sur le Net renforcée via les réseaux sociaux : 98% des fondations sont présentes sur internet, via leur propre site ou le site de l’entreprise. Un tiers sont sur Facebook et Twitter
– L’évaluation, intégrée à la démarche de mécénat : deux tiers des fondations ont mis en place une démarche d’évaluation.

>> En savoir plus
Mécénat d’entreprise
Admical a publié les résultats de son baromètre biennal du mécénat d’entreprise réalisé par l’institut CSA avec le concours de Cap. Avec près d’un tiers des entreprises françaises engagées, soit environ 40 000 entreprises, contre 35 000 en 2010, le mécénat est en expansion. Le budget du mécénat d’entreprise est stable, à 1,9 milliard d’euros.
>> En savoir plus
Entrepreneuriat social
Selon une étude exclusive Ashoka / McKinsey, les entrepreneurs sociaux contribuent largement à la réduction des déficits publics. A l’occasion de la campagne présidentielle, Ashoka (le plus grand réseau mondial d’entrepreneurs sociaux, 3000 entrepreneurs soutenus

depuis 1980) dévoile les résultats d’une étude permettant pour la première fois de chiffrer l’impact économique de l’entrepreneuriat social. Réalisée par le cabinet McKinsey et portant sur l’activité de 10 entrepreneurs sociaux suivis par Ashoka, elle calcule précisément la rentabilité de l’argent investi dans de tels projets et montre par extrapolation qu’ils peuvent fortement contribuer à résoudre un certain nombre de problàmes économiques et sociaux.
Portant sur des entreprises de champs d’action divers (Insertion par l’activité économique, emploi, logement, lutte contre la dépendance…), l’étude a pour objectif de calculer pour chacune d’entre elle le différentiel entre l’argent public investi et les coûts évités pour la collectivité.

>> En savoir plus
La société civile dans le monde
Ces vingt dernières années ont connu l’émergence d’un nouveau type d’acteur : les organisations de la société civile (CSO). Ces dernières se définissent comme des organisations indépendantes, non-gouvernementales, à but non lucratif et basées sur le volontariat. Fabrice Desse, chercheur en économie au CNRS, dresse une carte d’identité de la société civile (ONG et syndicats) dans le monde.
>> En savoir plus
ONG et médias sociaux
Grâce aux médias sociaux, les associations se transforment en plateformes permettant à chacun de participer à la cause « défendue ». »Networked non profit »: derrière ce jargon de communication se cache une problématique bien réelle pour les ONG.
>> En savoir plus
Agenda
20 juin : Edition 2012 du Baromètre France générosités / CerPhi,
Construit à partir des données de la Direction Générale des Finances Publiques, d’un Panel d’associations et Fondations membres de France générosités, ce baromètre sera présenté lors de la conférence annuelle organisée par France générosités, de 10h à 12h, à l’Institut Pasteur, 25-28 rue du Docteur Roux, paris 15eme
>> Inscription obligatoire : gdehaye@francegenerosites.org
10/13 juillet : 5ème Conférence de l’ISTR (International Society for Third Sector Research) à Sienne
Edith Bruder, consultant CerPhi pour la recherche à l’international, interviendra sur le thème des micro-donations. Pour consulter le programme et pour s’inscrire : http://www.istr.org/?page=Siena

Comments

comments