Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Nov 15

Veille – Comprendre la société civile européenne – Une étude de Maecenata Foundation

Maecenata Foundation a récemment publié une étude intitulée « Comprendre la société civile européenne » (« Understanding civil society in Europe »). Maecanata Foundation est un think tank allemand indépendant qui s’intéresse à la société civile, à l’engagement civique et à la philanthropie.

L’étude publiée tente de donner un aperçu synthétique de la composition de la société civile européenne. D’après les auteurs, malgré les différences entre les Etats concernant les activités, les cadres réglementaires et les relations entre le secteur public et le secteur privé, une société civile européenne existe bien et est de plus en plus active dans la sphère publique.

Aujourd’hui, la perspective d’une société civile dynamique qui défendrait et développerait un monde ouvert, cosmopolite et démocratique apparaît primordiale.

> Télécharger le communiqué de presse
Source : Maecenata Foundation

Oct 23

Le CerPhi dans les médias – Publication du rapport sur les tendances caritatives mondiales en 2020

Le rapport sur les tendances caritatives mondiales en 2020, dont le CerPhi est le partenaire français, est paru cet automne. Publié tous les deux ans, ce rapport a pour objectif d’avoir une meilleure compréhension des comportements des donateurs, de leurs causes et organisations caritatives préférées.

Sponsorisé par Fundraise et réalisé par Nonprofit Tech for Good, il analyse également l’impact des nouvelles technologies sur les dons individuels.

Cette 3ème édition expose des données pour l’Afrique, l’Asie, l’Australie/la Nouvelle-Zélande, le Canada/les Etats-Unis, l’Europe, et l’Amérique Latine/les Caraïbes. Des données globales sont également analysées pour 133 pays et 13 468 donateurs ayant répondu à l’enquête.

Sep 06

Le CerPhi dans les médias – Bienveillance philanthropique – Tribune d’Antoine Vaccaro sur le site Défis Humanitaires

Dans cette tribune publiée sur le site Défis Humanitaires, Antoine Vaccaro, président du CerPhi, revient sur la vague de générosité qui a accompagné la période du confinement. Cette générosité a pris des formes diverses et l’allure d’une mobilisation générale de nombreux citoyens. Cette période semble aussi avoir permis une prise de conscience du rôle de professionnels jusque-là invisibles aux yeux du plus grand nombre.

L’épreuve que vivent nos sociétés depuis l’éclatement de la pandémie de la Covid-19 est sidérante, car elle était inimaginable dans un monde, convaincu d’avoir, sinon dominé la nature, du moins l’avoir domestiquée. (…)

Et patatras, nos sociétés post-modernes, pour répondre à l’expansion d’un virus des plus pernicieux, appliquent des protections dignes du XIXème (masque, lavage des mains et confinement) pour tenter de le freiner, le temps de trouver un remède et/ou un vaccin.

Beaucoup de choses ont été dites et écrites pendant cette période de confinement général, notamment sur le blocage des économies mondiales, à un niveau jamais vu depuis la seconde guerre mondiale, sur le dévouement des personnels soignants et de tous les logisticiens qui ont assuré le ravitaillement du pays. Ceux qu’une certaine élite qualifiait d’invisibles, les petites mains, qui au péril de leur santé ont assuré professionnellement leur mission. (…)

La robustesse de la générosité des Français, et plus généralement des sociétés civiles des pays impactés, pendant la période la plus tendue du confinement, a été forte et elle est un indicateur de la résilience collective. (…)

La croissance à deux chiffres de la collecte de dons pour le secteur d’intérêt général, comparée à la chute du PIB de moins 30 % sur cette période suffit à la démonstration.

Et cette partie financière n’est que la partie émergée de l’iceberg. Des mobilisations de toute sorte ont marqué ce confinement. (…)

> Lire l’intégralité de l’article

Source : https://defishumanitaires.com/

Juil 06

Le CerPhi dans les médias – Giving Pledge, 10 ans de philanthropie à grand spectacle

Cet article des Echos du 26 juin 2020, faisant référence à différents spécialistes et ouvrages publiés récemment sur la philanthropie des très grandes fortunes, fait le point sur le Giving Pledge, 10 ans après son lancement.

Cette initiative lancée en 2010 par Warren Buffett et les époux Gates avait pour objectif d’encourager les grandes fortunes du monde entier à s’engager à donner au moins 50% de leur fortune, de leur vivant ou à leur mort. Le bilan qui en est tiré aujourd’hui est mitigé.

Le Giving Pledge se voulait le point de départ d’une nouvelle ère de la philanthropie des très riches, après la crise des subprimes.

« Après la création de la fondation Gates en 2000, puis la décision de Warren Buffett de léguer une bonne partie de sa fortune à cette fondation, le lancement du Giving Pledge a marqué un troisième moment inaugural d’une nouvelle ère de philanthropes aussi puissants voire beaucoup plus que ceux de l’ère industrielle », souligne Antoine Vaccaro, le président du Cerphi, institut de recherche français sur la philanthropie.

10 ans après son lancement, le Giving Pledge compte 209 signataires (surtout des Américains, une vingtaine d’Européens mais aucun Français), soit près de 10% des milliardaires de la planète, pour une promesse de dons théorique de plus de 500 milliards de dollars. Il a certes fait parler de lui et fait des émules avec le Founders Pledge au Royaume-Uni ou Changer par le don en France mais le bilan en matière de dons est limité. Dans les faits, la part des dons des Américains (pour ce qui est cité dans l’article) n’aurait pas augmenté ces dernières années alors que les richesses continuent de croître.

Ces philanthropes fortunés sont par ailleurs critiqués pour les choix ciblés qu’ils font en matière de secteurs bénéficiaires, qui ne seraient pas forcément ceux qui auraient le plus besoin de financements. Leur influence grandissante, notamment dans les choix relevant du secteur sanitaire, est pointée du doigt.

« Que des personnes privées soient capables, comme Bill Gates, d’orienter la politique de santé du monde en interpellent certains », remarque Antoine Vaccaro. Difficile de critiquer le fondateur de Microsoft quand il met des millions sur la table pour éradiquer la rougeole dans le monde. Un peu plus quand il s’attaque à la polio, « un projet qui va coûter très cher, porteur de certains effets pervers et dont l’intérêt général reste à prouver », ajoute ce spécialiste de la levée de fonds.

Une évolution du Giving Pledge serait en cours de définition, notamment pour faire suite à la crise du COVID-19.

> Lire l’article

Source : https://www.lesechos.fr/

Articles plus anciens «

Voir plus d’éléments