Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Juil 06

Le CerPhi dans les médias – Giving Pledge, 10 ans de philanthropie à grand spectacle

Cet article des Echos du 26 juin 2020, faisant référence à différents spécialistes et ouvrages publiés récemment sur la philanthropie des très grandes fortunes, fait le point sur le Giving Pledge, 10 ans après son lancement.

Cette initiative lancée en 2010 par Warren Buffett et les époux Gates avait pour objectif d’encourager les grandes fortunes du monde entier à s’engager à donner au moins 50% de leur fortune, de leur vivant ou à leur mort. Le bilan qui en est tiré aujourd’hui est mitigé.

Le Giving Pledge se voulait le point de départ d’une nouvelle ère de la philanthropie des très riches, après la crise des subprimes.

« Après la création de la fondation Gates en 2000, puis la décision de Warren Buffett de léguer une bonne partie de sa fortune à cette fondation, le lancement du Giving Pledge a marqué un troisième moment inaugural d’une nouvelle ère de philanthropes aussi puissants voire beaucoup plus que ceux de l’ère industrielle », souligne Antoine Vaccaro, le président du Cerphi, institut de recherche français sur la philanthropie.

10 ans après son lancement, le Giving Pledge compte 209 signataires (surtout des Américains, une vingtaine d’Européens mais aucun Français), soit près de 10% des milliardaires de la planète, pour une promesse de dons théorique de plus de 500 milliards de dollars. Il a certes fait parler de lui et fait des émules avec le Founders Pledge au Royaume-Uni ou Changer par le don en France mais le bilan en matière de dons est limité. Dans les faits, la part des dons des Américains (pour ce qui est cité dans l’article) n’aurait pas augmenté ces dernières années alors que les richesses continuent de croître.

Ces philanthropes fortunés sont par ailleurs critiqués pour les choix ciblés qu’ils font en matière de secteurs bénéficiaires, qui ne seraient pas forcément ceux qui auraient le plus besoin de financements. Leur influence grandissante, notamment dans les choix relevant du secteur sanitaire, est pointée du doigt.

« Que des personnes privées soient capables, comme Bill Gates, d’orienter la politique de santé du monde en interpellent certains », remarque Antoine Vaccaro. Difficile de critiquer le fondateur de Microsoft quand il met des millions sur la table pour éradiquer la rougeole dans le monde. Un peu plus quand il s’attaque à la polio, « un projet qui va coûter très cher, porteur de certains effets pervers et dont l’intérêt général reste à prouver », ajoute ce spécialiste de la levée de fonds.

Une évolution du Giving Pledge serait en cours de définition, notamment pour faire suite à la crise du COVID-19.

> Lire l’article

Source : https://www.lesechos.fr/

Juil 03

Le CerPhi dans les médias – Etre une cause en 2020… – Un article publié dans Fundraizine #62

Couverture Fundraizine été 2020

Le numéro 62 – été 2020 du magazine Fundraizine publié par l’Association française des fundraisers est consacré à un dossier « Et maintenant ? », proposant des conseils et des regards d’experts pour affronter les mois à venir.

Dans un article de ce numéro spécial, Antoine Vaccaro, président du CerPhi, tire les premières leçons de la crise du COVID-19 concernant la collecte de fonds.

Comment la générosité s’est-elle manifestée pendant cette crise ? Sous quelles formes ? Quelles sont les évolutions à prévoir dans ce domaine ? Autant de questions abordées dans cet article.

Un des phénomènes qui a pris de l’ampleur au cours de cette période est celui des cagnottes en ligne, qui s’est cependant tari avec le déconfinement, ne laissant pas penser qu’une « bulle de générosité » s’apprête à éclore.

« (…) nos causes traditionnelles vont devoir plus que jamais réaffirmer leur indispensable rôle, revisiter les enjeux de leur engagement. Elles vont devoir décliner ces enjeux avec des outils et des modes d’intermédiation nouveaux. »

> Feuilleter le magazine en ligne

Site de l’AFF : https://www.fundraisers.fr/

Juil 01

Etude CerPhi – Restitution enquête IDAF-CerPhi

Le 30 juin 2020 a eu lieu la restitution de l’étude IDAF-CerPhi, réalisée en partenariat avec Force for Good, sur la résilience du secteur associatif face à la crise du COVID-19.

L’enquête menée auprès de dirigeants d’associations et de fondations (800 questionnaires envoyés, 82 complétés) avait pour objectif de répondre à la question : « Face à la crise, jusqu’où les associations se sont-elles réinventées? »

Au cours d’un webinaire organisé par l’IDAF, les résultats de l’enquête ont été présentés par Antoine Vaccaro, président du CerPhi, en présence d’Isabelle Khuong et de Jean-François Tchernia qui ont tous deux travaillé sur cette étude. Les grandes tendances observées dans le secteur ont été abordées, en lien avec les témoignages de trois représentants associatifs : Laurent Cayssials, directeur général de la Fondation Foch ; Antoine Dubreuil, directeur financier de France Active ; Anouchka Finker, directrice générale de La Chaîne de l’Espoir.

Les résultats de l’enquête ont mis en évidence un fort impact de la crise sanitaire sur l’activité des organismes à but non lucratif avec une nécessité de faire évoluer leur organisation de travail et leur stratégie d’investissement et de développement. Elles ont fait preuve d’une grande capacité d’adaptation. C’est également ce qui ressort des témoignages des invités de ce webinaire, bien que les conséquences de la crise du Covid-19 n’aient pas été les mêmes selon les domaines d’activités (santé/recherche, emploi/entrepreneuriat, international). Pour les intervenants, même si les dons semblent pour l’instant se maintenir, la crise constitue le point de départ d’une réflexion sur l’avenir, une occasion de se réinventer et d’innover.

Quelques enseignements de cette étude :

  • Presque toutes les organisations ont été impactées par la crise sanitaire. Seulement 2% d’entre elles n’ont pas ressenti l’impact de la crise.
  • Dans deux cas sur trois, la crise sanitaire a entraîné une suspension partielle de l’activité, et dans moins d’un cas sur dix une suspension totale. A noter : une organisation sur quatre a augmenté ses activités.
  • Environ la moitié des organisations ont mis en place un plan d’urgence pour la sauvegarde de l’organisation ou prévu de le faire.
  • On note une augmentation de la place du numérique dans l’organisation du travail et dans les appels à la générosité.

> Télécharger la présentation de restitution de l’étude
> Accéder au replay du webinaire du 30 juin 2020

Juin 29

Veille – Baromètre de la générosité des Français en 2019 de France générosités

Le baromètre de la générosité des Français en 2019 de France générosités, réalisé par Oktos avec le soutien du Crédit Coopératif, révèle une augmentation de 3,5% des dons par rapport à 2018. Cette hausse ne vient toutefois pas compenser la baisse des dons de 4,8% en 2018 imputable aux diverses réformes fiscales, dont la transformation de l’ISF en IFI, la hausse de la CSG et la mise en place du prélèvement à la source. Ainsi, le montant global des dons en 2019 est revenu à celui de 2016, hors inflation.

France générosités met en exergue deux autres chiffres clés : une concentration des dons en fin d’année (40,3% du montant total des dons collectés sur le troisième trimestre dont 22,5% en décembre) et une baisse de 15% du nombre de nouveaux donateurs à une association ou à une fondation entre 2009 et 2019.

Dons par prélèvement automatique (PA) et dons ponctuels en augmentation

Les dons par prélèvement automatique ont représenté 44,1% du montant total des dons en 2019, avec un montant moyen de 142 euros par an. Les dons ponctuels représentent quant à eux 55,9% du montant des dons. Ces deux types de dons ont connu une augmentation en 2019 (+4,9% pour les PA et + 2,5% pour les dons ponctuels) mais faisant suite à une baisse de 10% en 2018. On peut noter que les dons en ligne ont représenté 12% des dons en 2019, en augmentation de 16% par rapport à 2018.

France générosités relève 5 grands enseignements à retenir :

1. Une collecte 2019 qui repart à la hausse mais qui ne rattrape pas le niveau de 2017.

2. Une reprise des dons ponctuels, ainsi qu’une croissance portée par la croissance des PA.

3. Une difficulté à trouver des nouveaux donateurs.

4. Une générosité concentrée en fin d’année.

5. Une collecte en ligne qui poursuit sa forte croissance.

Le syndicat fait aussi 3 propositions afin de soutenir la générosité en France :

1. Pour les donateurs assujettis à l’IR : augmentation jusqu’au 31 décembre 2020 du taux de réduction d’impôt prévu à l’article 200, 1 du CGI de 66 à 75 % du montant des versements dans la limite d’un montant unitaire de 1000 euros sur le modèle de la collecte d’urgence Notre-Dame.

2. Pour les donateurs non-assujettis : création d’un crédit d’impôt exceptionnel sur la contribution sociale généralisée égale à 75% des montants des dons.

3. Dons de RTT : dons de RTT affectés au compte-épargne temps et don de RTT au profit de salarié menant des activités de bénévolat.

> Lire le communiqué de presse

Source : https://www.francegenerosites.org/

Articles plus anciens «

Voir plus d’éléments