Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Mar 23

Veille – Participez à l’enquête sur les tendances caritatives mondiales en 2020

Le CerPhi est le partenaire français du Rapport sur les tendances caritatives mondiales 2020 qui paraîtra en septembre prochain. Ce rapport a pour but de mieux comprendre les comportements des donateurs du monde entier en matière de don.

Il sera rédigé à partir des résultats d’une enquête en ligne à laquelle nous vous invitons à répondre (5 à 10 minutes seulement sont nécessaires).

Un grand merci pour votre participation ! L’objectif est d’avoir le plus de réponses possible pour la France.

Cette enquête est parrainée par Funraise et réalisée par Nonprofit Tech for Good.

Elle sera en ligne jusqu’au 31 mai 2020.

Vous pouvez consulter le site dédié pour plus d’informations : https://www.funraise.org/giving-report-fr

Participez à l'enquête sur les tendances caritatives mondiales en 2020

Mar 19

Le CerPhi dans les médias – Coronavirus, crise économique et philanthropie, le dernier cygne noir ! – Tribune d’Antoine Vaccaro sur le site Défis Humanitaires

Dans cette tribune publiée sur le site Défis Humanitaires, Antoine Vaccaro, président du CerPhi, fait le point sur l’engagement philanthropique par temps de crise et insiste sur l’importance de cet engagement pour faire face aux conséquences multiples de l’actuelle pandémie de COVID-19.

Je débutais il y a quelques jours, à la demande d’une revue de fund-raising, un article intitulé :

La mobilisation pour la reconstruction de Notre Dame est-il le Cygne Noir de la générosité des Français ?

quand survient en Europe la diffusion et l’accélération de la pandémie du Covid 19.

C’est probablement cet événement qui constituera pour l’ensemble de la planète et pour l’univers philanthropique, le véritable cygne noir.

La gravité, hors normes, que représente cette pandémie, dans des sociétés ouvertes comme nos démocraties occidentales, épargnées depuis plus de 60 ans des guerres sur leur sol, de famines, convaincues des capacités de la médecine moderne de les protéger contre tout fléau, accroît l’effet de sidération.

Les jours et semaines qui viennent vont révéler des drames humains dans de nombreuses familles. La situation a été sous-évaluée et, d’après certains experts, un tsunami de cas graves risque de submerger les hôpitaux.

La durée de cette calamité est un autre facteur qui va peser sur le mental de populations peu habituées à de longues périodes de contraintes. Le calendrier événementiel qui se profilait pour nos concitoyens était : vacances de Pâques, Festival de Cannes, Roland Garros, tour de France… Un cycle de vie normal qui nous semble bien futile aujourd’hui.

Les conséquences de ce virus vont être dévastatrices pour nos sociétés.

Quel va être l’impact sur le secteur philanthropique, constitué de milliers d’organisations, de volontaires et bénévoles dévoués auprès de ceux qui en ont le plus besoin ? (…)

Lire l’intégralité de l’article

Source : https://defishumanitaires.com/

Fév 12

Le CerPhi dans les médias – Vers un bilan philanthropique des entreprises ?

Cet article, publié dans le Bulletin de la Fondation de l’Hôpital Foch de janvier 2020, synthétise l’intervention d’Antoine Vaccaro, président du CerPhi, lors d’un petit-déjeuner/conférence organisé par la Fondation Foch à destination des entreprises de Suresnes.

Il y a parlé de « corporate philanthropie », c’est-à-dire l’engagement des entreprises sur des sujets sociétaux et d’intérêt général par le don mais aussi par l’incitation à l’engagement associatif de toutes les parties prenantes de l’entreprise (salariés, clients, fournisseurs,…). Il a également évoqué l’importance de la mobilisation et de la valorisation du « capital humain » au sein des entreprises pour l’avancée des sujets d’intérêt général.

Réaliser un bilan philanthropique permettrait à une entreprise de déterminer un cadre pour mettre en oeuvre une démarche de valorisation en interne et auprès de ses différentes parties prenantes.

>Télécharger l’article

Source : Bulletin de la Fondation de l’Hôpital Foch, janvier 2020 – Article rédigé par Fabienne Duboscq, conseillère en philanthropie

Fév 11

Veille – Chine : l’ascension d’une nouvelle grande puissance philanthropique

Dans cet article publié sur le site The Conversation, Fabrice Jaumont et Charles Sellen*, reviennent sur l’histoire de la générosité chinoise et décrivent l’essor actuel de la Chine comme puissance philanthropique.

Malgré une très ancienne tradition de générosité en Chine, celle-ci a stagné avec l’avènement de la République Populaire en 1949 et le découragement des initiatives privées, l’Etat devant être le pourvoyeur des besoins sociaux. Cependant, depuis 1994, l’association entre philanthropie et socialisme y a été officiellement admise. Les premières fondations privées ont émergé dans les années 1980-90, alors qu’une croissance fulgurante a suivi l’ouverture à l’économie de marché marquant aussi la montée des inégalités.

On assiste aujourd’hui à une véritable renaissance de l’esprit de philanthropie privée dans le pays.

Le secteur est donc en plein essor. Le grand public est sensibilisé à la générosité via des événements comme la « Journée de la philanthropie 9 septembre » ou le relais du « Giving Tuesday ». A l’heure actuelle, plus d’1 milliard de Chinois font leurs dons via Internet.

Les grands donateurs contribuent de manière importante au financement des causes caritatives. Les 100 plus grands donateurs chinois ont ainsi fait des dons à hauteur de 2,8 milliards de dollars en 2018, en majorité en faveur de l’éducation et de la lutte contre la pauvreté. Et le nombre de philanthropes s’accroît en même temps que le nombre de milliardaires, avec une nouvelle génération d’entrepreneurs qui souhaitent insuffler un renouveau dans le secteur philanthropique. Cet article en donne deux exemples emblématiques.

Autre signe de l’essor de la philanthropie en Chine : l’augmentation du nombre de travaux de recherche sur ce thème et des structures accompagnant son développement. On peut citer le China Foundation Center, le China Global Philanthropy Institute, ou encore le China Philanthropy Big Data Research Institute.

L’article met également en lumière l’influence grandissante de la philanthropie chinoise à l’échelle internationale. Elle est déjà par exemple (en incluant Hong Kong), la première source de financement extérieur des universités américaines. Cette influence croissante soulève des questions sur la place de la Chine au sein de l’écosystème philanthropique international.

> Lire l’article

* Fabrice Jaumont est chercheur en sciences de l’éducation, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) – USPC ; Charles Sellen est Global Philanthropy Fellow, Lilly Family School of Philanthropy, Indiana University

Source : https://theconversation.com/fr

Articles plus anciens «

Voir plus d’éléments