Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Fév 28

Le CerPhi dans les médias – Pourquoi est-ce que je donne ? Par Arièle Bonte

Dans cet article publié le 5 novembre 2020, la journaliste Arièle Bonte se demande pourquoi je fais un don à tel moment et pas à un autre, à telle personne et pas à une autre. Elle interroge Antoine Vaccaro, président du CerPhi.

(…)

Don sacrificiel, don fusionnel ?

« Pourquoi est-ce qu’à des moments je réagis et d’autres non ? C’est une question d’introspection pour chacun d’entre nous », m’explique Antoine Vaccaro sociologue, spécialiste de la philanthropie et président du Cerphi (Centre d’étude et de recherche sur la philanthropie). « À cet instant, il se passe quelque chose qui nous submerge et il est alors difficile d’expliquer à soi-même pourquoi on a donné à une personne mais pas à une autre. C’est ma position personnelle à ce moment-là qui me pousse à cette proximité », poursuit le spécialiste qui distingue alors deux formes de dons :

le don sacrificiel : je donne pour éloigner de moi cette souffrance ou cette douleur que je ne veux pas voir. Je donne pour éloigner de moi ce qui me fait peur, ce qui m’angoisse.

le don fusionnel : je donne par compassion, j’embrasse cette personne à travers mon geste et mon soutien.

« Pourquoi est-ce que je donne ? » Par Ariel Bonte (05/11/2020)

>> Lire l’intégralité de l’article

Nov 15

Veille – Comprendre la société civile européenne – Une étude de Maecenata Foundation

Maecenata Foundation a récemment publié une étude intitulée « Comprendre la société civile européenne » (« Understanding civil society in Europe »). Maecanata Foundation est un think tank allemand indépendant qui s’intéresse à la société civile, à l’engagement civique et à la philanthropie.

L’étude publiée tente de donner un aperçu synthétique de la composition de la société civile européenne. D’après les auteurs, malgré les différences entre les Etats concernant les activités, les cadres réglementaires et les relations entre le secteur public et le secteur privé, une société civile européenne existe bien et est de plus en plus active dans la sphère publique.

Aujourd’hui, la perspective d’une société civile dynamique qui défendrait et développerait un monde ouvert, cosmopolite et démocratique apparaît primordiale.

> Télécharger le communiqué de presse
Source : Maecenata Foundation

Oct 23

Le CerPhi dans les médias – Publication du rapport sur les tendances caritatives mondiales en 2020

Le rapport sur les tendances caritatives mondiales en 2020, dont le CerPhi est le partenaire français, est paru cet automne. Publié tous les deux ans, ce rapport a pour objectif d’avoir une meilleure compréhension des comportements des donateurs, de leurs causes et organisations caritatives préférées.

Sponsorisé par Fundraise et réalisé par Nonprofit Tech for Good, il analyse également l’impact des nouvelles technologies sur les dons individuels.

Cette 3ème édition expose des données pour l’Afrique, l’Asie, l’Australie/la Nouvelle-Zélande, le Canada/les Etats-Unis, l’Europe, et l’Amérique Latine/les Caraïbes. Des données globales sont également analysées pour 133 pays et 13 468 donateurs ayant répondu à l’enquête.

Sep 06

Le CerPhi dans les médias – Bienveillance philanthropique – Tribune d’Antoine Vaccaro sur le site Défis Humanitaires

Dans cette tribune publiée sur le site Défis Humanitaires, Antoine Vaccaro, président du CerPhi, revient sur la vague de générosité qui a accompagné la période du confinement. Cette générosité a pris des formes diverses et l’allure d’une mobilisation générale de nombreux citoyens. Cette période semble aussi avoir permis une prise de conscience du rôle de professionnels jusque-là invisibles aux yeux du plus grand nombre.

L’épreuve que vivent nos sociétés depuis l’éclatement de la pandémie de la Covid-19 est sidérante, car elle était inimaginable dans un monde, convaincu d’avoir, sinon dominé la nature, du moins l’avoir domestiquée. (…)

Et patatras, nos sociétés post-modernes, pour répondre à l’expansion d’un virus des plus pernicieux, appliquent des protections dignes du XIXème (masque, lavage des mains et confinement) pour tenter de le freiner, le temps de trouver un remède et/ou un vaccin.

Beaucoup de choses ont été dites et écrites pendant cette période de confinement général, notamment sur le blocage des économies mondiales, à un niveau jamais vu depuis la seconde guerre mondiale, sur le dévouement des personnels soignants et de tous les logisticiens qui ont assuré le ravitaillement du pays. Ceux qu’une certaine élite qualifiait d’invisibles, les petites mains, qui au péril de leur santé ont assuré professionnellement leur mission. (…)

La robustesse de la générosité des Français, et plus généralement des sociétés civiles des pays impactés, pendant la période la plus tendue du confinement, a été forte et elle est un indicateur de la résilience collective. (…)

La croissance à deux chiffres de la collecte de dons pour le secteur d’intérêt général, comparée à la chute du PIB de moins 30 % sur cette période suffit à la démonstration.

Et cette partie financière n’est que la partie émergée de l’iceberg. Des mobilisations de toute sorte ont marqué ce confinement. (…)

> Lire l’intégralité de l’article

Source : https://defishumanitaires.com/

Articles plus anciens «

« Articles plus récents

Voir plus d’éléments