sept 05

Le CerPhi vous invite au Colloque quel marketing pour l’Economie Sociale et Solidaire ? le jeudi 2 octobre 2014.

logos 2 octobre V2 (2)

 

Le CerPhi,

en partenariat avec le réseau A.C.I. et le Club ESS des Alumni Sciences Po,

a le plaisir de vous inviter au Colloque :

Quel marketing pour l’Economie Sociale et Solidaire ? 

 

Toutes les organisations sont confrontées à des enjeux de marketing, y compris dans l’économie sociale.

Le marketing social remplace le besoin du consommateur par l’adhésion à une cause
et le plus grand profit par l’utilité sociale.

 Jeudi 2 octobre 2014

(accueil dès 17h) de 17h30 à 19h30

à l’Hôtel des Ventes du Crédit Municipal de Paris

55, rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris

Le Colloque sera suivi d’un cocktail jusqu’à 21h30.

> Inscrivez-vous ici <

Nombre de places limité. Participation aux frais : 15€. 

Informations : contact@cerphi.org

juin 03

Le CerPhi vous invite au Colloque quel marketing pour l’Economie Sociale et Solidaire ? le jeudi 2 octobre 2014.

 ImagepartenairesColloque

Le CerPhi,

en partenariat avec le réseau A.C.I. et le Club ESS des Alumni Sciences Po,

a le plaisir de vous inviter au Colloque :

Quel marketing pour l’Economie Sociale et Solidaire ? 

Toutes les organisations sont confrontées à des enjeux de marketing, y compris dans l’économie sociale.
Le marketing social remplace le besoin du consommateur par l’adhésion à une cause
et le plus grand profit par l’utilité sociale.

 Jeudi 2 octobre 2014

(accueil dès 17h) de 17h30 à 19h30

à l’Hôtel des Ventes du Crédit Municipal de Paris

55, rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris

Le Colloque sera suivi d’un cocktail jusqu’à 21h30.

> Inscrivez-vous ici <

 

Nombre de places limité. Participation aux frais : 15€. 

Informations : contact@cerphi.org

avr 10

Fondations « d’utilité publique », vraiment ? – Un article du monde diplomatique

En 2010, avec le soutien de son groupe à l’Assemblée nationale, la députée socialiste Michèle Delaunay proposait de faire le ménage au sein des fondations reconnues d’utilité publique, qui bénéficient de dons défiscalisés. Une idée passée à la trappe dans la dernière loi de finances. Dans un contexte de chasse aux niches fiscales, la question mérite pourtant d’être soulevée.

A chaque nouvelle loi de finances présentée par le gouvernement de M. Jean-Marc Ayrault et votée par la majorité, les fondations reconnues d’utilité publique échappent au rabotage fiscal. En 2012, le cabinet du ministre du budget d’alors, M. Jérôme Cahuzac, précisait qu’il n’avait pas été envisagé de « modifier la défiscalisation des dons aux fondations reconnues d’utilité publique », et la ligne n’a pas bougé depuis. Ces dons ne sont pas plus concernés par le plafond de réduction ou de crédit d’impôt, fixé désormais à 10 000 euros par foyer.

Pourtant, le Parti socialiste (PS), par la voix de la députée girondine Michèle Delaunay, aujourd’hui ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie, avait en 2010 proposé au gouvernement de M. François Fillon « d’évaluer et de revisiter le dispositif de reconnaissance d’utilité publique » dans la « perspective d’une révision juste et efficace des niches fiscales ». Une proposition d’amendement soutenue par M. François Hollande et M. Ayrault, à l’époque dans l’opposition.

voir la suite de l’article ici

avr 02

Le nouveau baromètre de la générosité France générosités – Cerphi.

En partenariat avec Faircom et Heoh. Résultats basés sur les données du Ministère de l’Economie et des Finances. Données sur les revenus déclarés pour 2011(Edition du 13 mars 2014).

Articles plus anciens «

Fetch more items