Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Avr 05

Veille – La philanthropie privée au service du développement – rapport de l’OCDE

L’OCDE vient de publier un rapport intitulé « La philanthropie au service du développement ». S’appuyant sur des données mondiales comparables pour la période 2013-2015, il analyse la façon dont les fondations privées (143 couvertes par l’enquête) s’engagent en faveur du développement. Il met en évidence des apports modestes des fondations philanthropiques privées en faveur de l’aide au développement par rapport à l’aide publique, mais avec un impact potentiel élevé.

Plusieurs enseignements se dégagent de ce rapport :

  • 23.9 milliards USD : c’est la somme consacrée par les fondations privées au développement au cours de la période 2013-15, soit 5 % du volume de l’aide publique au développement (APD).
  • La santé est le secteur qui bénéficie le plus de cette philanthropie privée. En 2013-15, l’aide dispensée dans ce domaine par les fondations représentait la troisième source de financement pour les pays en développement, derrière les États-Unis et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
  • La Fondation Bill et Melinda Gates représente à elle seule 49% de l’aide privée au développement.
  • 81% des apports philanthropiques proviennent de 20 fondations seulement.
  • Près des 3/4 des dons proviennent de fondations basées aux Etats-Unis, ce qui s’explique en grande partie par le volume d’aide apportée par la Fondation Bill et Melinda Gates.
  • Le Royaume-Uni (7 %), les Pays-Bas (5 %), la Suisse (2 %), le Canada (2 %) et les Émirats arabes unis (2 %) sont les pays qui arrivent ensuite dans le classement.
  • L’Afrique est la région qui bénéficie le plus de la philanthropie. Mais 67 % des apports philanthropiques sont destinés à des pays à revenu intermédiaire, à commencer par l’Inde (7 % du total), suivie du Nigéria, du Mexique, de la Chine et de l’Afrique du Sud. 
  • 86% des subventions accordées par les fondations privées le sont pour une durée de 5 ans ou moins.

Dans la continuité de ces travaux de recherche, l’OCDE a entrepris de créer un Centre de la Philanthropie qui aura pour objectif de fournir des données plus nombreuses et de meilleure qualité sur l’action philanthropique mondiale au service du développement.

Pour en savoir plus

 

Mar 29

Veille – Etudes AFD sur les fondations privées et la philanthropie internationale


L’Agence Française de Développement (AFD) publie trois études pionnières sur les fondations privées et la philanthropie internationale en faveur des pays émergents et en développement.

 
 
Auteurs : Theo N.M. SCHUYT, Barry L.K. HOOLWERF, Dave VERKAIK (VU Amsterdam)
Coordinateur : Charles SELLEN (AFD)
Research Paper n°57
 
Basée sur une enquête auprès de fondations philanthropiques internationales (N=55) issues de tous les continents avec un budget annuel global dédié à des projets caritatifs d’environ 10,2 milliards de dollars en 2015 (N=44), cette étude met en évidence les relations entre fondations et institutions d’aide au développement, notamment les stratégies employées, l’échelle et les principes des interventions. Elle propose une typologie des fondations classées selon leurs fondateurs, leurs missions et leur histoire, qui peut être utilisée dans l’optique de créer un bénéfice réciproque.

Auteurs : Pauline TAN, Swee-Sum LAM (ACSEP Singapore)
Coordinateur : Charles SELLEN (AFD)
Research Paper n°58
 
Cette étude s’intéresse à une tendance récente selon laquelle des familles riches, des particuliers et des entreprises en Asie créent des fondations pour institutionnaliser leur engagement philanthropique. Cet engagement est motivé par une myriade de facteurs au-delà du prestige et du statut social, notamment le désir de rendre à la société, la religion, des valeurs familiales et personnelles, la volonté d’être acteur du changement, l’expérience personnelle, et/ou les affiliations. Cette étude met aussi en évidence les défis et opportunités auxquels est confronté le secteur philanthropique asiatique naissant.
 
Auteurs : Marwa EL-DALY, Moustafa KHALIL (MERSIC, Manchester/Cairo)
Coordinateur : Charles SELLEN (AFD)
Research Paper n°59
 
Cet article présente l’état actuel de la philanthropie dans les pays arabes. Il considère la philanthropie contrainte et la philanthropie volontaire comme les deux catégories principales de dons dans le monde arabe. Les auteurs exposent les principaux facteurs qui influencent les dons, avec un focus sur la religion, concept central pour comprendre les pratiques philanthropiques des pays arabes. 
> Site de l’AFD
 

Mar 21

Etude CerPhi – Panorama national des générosités, Observatoire de la Philanthropie – Fondation de France

Publication du premier « Panorama national des générosités » par L’Observatoire de la philanthropie – Fondation de France, avec la contribution du CerPhi et en partenariat avec France générosités, l’Association française des fundraisers, le Centre français des fonds et fondations, Admical, le Don en Confiance et l’Institut des dirigeants d’associations et fondations.

Cette étude établit pour la première fois un chiffrage de toutes les formes de générosité en France (dons, mécénat, legs, collectes populaires, quêtes, financement participatif, microdons,…), à l’exception du bénévolat et des dons entre personnes. Elle estime à 7,5 milliards d’euros le montant total de dons réalisés par les Français en 2015 (année la plus récente pour laquelle l’ensemble des sources existantes sont disponibles).

Principaux enseignements de cette étude :

  • Les particuliers sont à l’origine de 60% des dons effectués.
    5,7 millions de foyers fiscaux ont déclaré des dons en 2015, soit 15% des foyers imposables. Le montant des dons déclarés est en nette croissance avec 2,62 milliards d’euros au titre de l’impôt sur le revenu (IR), soit +70% depuis 2006.
  • Progression du mécénat d’entreprise avec un total estimé des dépenses de 2,9 milliards d’euros, dont 1,6 milliard de dépenses déclarées et 1,3 milliard d’euros de dépenses non-déclarées. Le montant du mécénat déclaré par les entreprises ayant de 1 à 100 salariés est passé de 91 à 194 millions d’euros entre 2010 et 2015.
  • Le montant total des legs, qui ne sont pas déductibles de l’impôt, est estimé à 1 milliard d’euros en 2015. Cette donnée a pu être établie grâce à la constitution d’une base de données de 300 organisations bénéficiaires. Les trois premières causes qui mobilisent les testateurs sont la recherche médicale (23%), l’éducation (13%) et la solidarité (13%).
  • 40% des dons des Français ne font pas l’objet d’une déduction fiscale.
  • C’est notamment dans cette tranche que s’expriment d’autres formes de générosité qui en totalité ou en partie échappent au Ministère des finances, telles que les collectes populaires, les quêtes, les plateformes de financement participatif, les dons en nature, la générosité embarquée et les produits partage. Ce Panorama propose une estimation des dons collectés par ces canaux.
  • La sphère publique est elle aussi bénéficiaire de la générosité des Français, par le biais de dons ou de legs des particuliers et du mécénat d’entreprise, à hauteur de 135 millions d’euros en 2015.

> Lire la synthèse de l’étude
> Lire le communiqué de presse
> Lire l’article publié par La Croix sur ce sujet

 

Mar 09

Veille – Prélèvement à la source : informer les donateurs

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu sera mis en place à compter du 1er janvier 2019. Cette nouvelle forme de prélèvement de l’impôt ne modifiera pas les droits aux réductions fiscales associées aux dons.

En 2018, 2019 et les années suivantes, les dons aux associations et fondations d’intérêt général ouvriront donc toujours droit à des réductions d’impôts pour les contribuables (66% du montant du don pour un don à un organisme d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique et 75% pour un don à un organisme d’aide gratuite aux personnes en difficulté).

France générosités a élaboré avec le Ministère de l’Économie et des Finances un livret pour expliquer aux contribuables donateurs l’impact du prélèvement à la source dans le cadre de leurs dons. Il permet de comprendre comment cela se passera à partir de 2019 pour obtenir une réduction d’impôts suite à des dons à des organismes d’intérêt général.

> Télécharger le livret
> En savoir plus sur le prélèvement à la source
Source : France générosités

 

Articles plus anciens «

Voir plus d’éléments