Le Cerphi

Le premier institut d’étude et de recherche français dédié depuis 2004 à l’étude de la philanthropie.

Notre expertise concerne tous les domaines de la philanthropie : marketing et communication des associations et des fondations / anticipation des tendances / innovation en fundraising / sociologie de la solidarité.

Au croisement de ces études et recherches, nous entretenons une réflexion permanente sur les évolutions de la philanthropie et ses impacts sur le tissu social.

Oct 13

Veille – Campagne annuelle et baromètre France générosités

France générosités a lancé début octobre sa campagne annuelle #Donnerfaitdubien pour promouvoir le don auprès du grand public et a également publié son baromètre sur les grandes tendances de la générosité en France.

Les principaux enseignements de cette enquête menée par KANTAR PUBLIC sont une légère augmentation des dons mais une stagnation du nombre de donateurs qui inquiète les associations.

Près d’un Français sur 2 (46%) donne au moins une fois par an
En 2017, malgré un contexte politique et économique fluctuant, la générosité a été portée par l’augmentation du don moyen mais peine à renouveler son panel de donateurs et à rajeunir sa cible. La croissance globale est en effet portée par l’augmentation de 2,5% des montants collectés en 2016 (de même qu’en 2014 et 2015) ainsi que par les donateurs fidèles, la part de fidélisation représentant 92% de la collecte globale en 2016.

On remarque que 65% des moins de 35 ans font davantage de « petits » dons par rapport à la moyenne des donateurs (contre 67% en 2016).

Pour 50% des Français, le principal critère d’incitation au don est l’efficacité des actions entreprises par l’association ou la fondation soutenue, un podium complété par la nature de la cause (47%) ainsi que la transparence financière (42%). Si pour les plus jeunes (moins de 35 ans), les valeurs portées par l’association ou la fondation arrivent prioritairement, la transparence financière est davantage prise en compte par les donateurs plus âgés.

Le top 3 des causes les plus plébiscitées évolue légèrement avec l’aide et la protection de l’enfance soutenue par 35% des Français (vs 39% en 2016), la lutte contre l’exclusion et la pauvreté (29% comme en 2016) qui prend la deuxième place et la recherche médicale (26% vs 30% en 2016). L’aide aux personnes handicapées arrive juste derrière avec 24%.
Les jeunes (moins de 35 ans) sont particulièrement attentifs à l’actualité et aux causes urgentistes tandis que les plus de 50 ans sont sensibles à la protection des plus faibles.

Vers une digitalisation des habitudes de paiement
Les habitudes de paiement se digitalisent avec notamment une progression du don par prélèvement automatique (44% en 2016 vs 43% en 2015). On a également, pour la première année, l’utilisation du don par SMS (mis en place en décembre 2016).
Les Français sont de plus en plus sensibles à ces nouvelles formes de don immédiat et dématérialisées, adaptées à leur mode de vie.

Pour en savoir plus

 

Oct 02

Agenda – L’impact des politiques fiscales sur la philanthropie – Chaire Philanthropie de l’ESSEC

Antoine Vaccaro, président du CerPhi, interviendra le 6 novembre prochain, aux côtés de Gabrielle Fack, Economiste, Professeur à l’Université Paris-Dauphine, Chercheuse associée à la Paris School of Economics, lors du 31ème séminaire « Lunch & Learn » organisé par la chaire Philanthropie de l’ESSEC.

Ce séminaire aura pour thème « L’impact des politiques fiscales sur la philanthropie » et sera l’occasion de poser la question de l’efficacité des politiques d’incitation fiscale actuelles. Quels effets ont-elles réellement sur les comportements de don ? Quels mécanismes (déduction réduction, abondement) semblent les plus vertueux ? Faut-il ne toucher à rien afin de préserver le niveau actuel des dons ?

La discussion sera animée par Anne-Claire Pache et Arthur Gautier de la chaire Philanthropie de l’ESSEC.

Informations pratiques :
Lundi 6 novembre 2017 de 12h15 à 14h
Campus ESSEC du CNIT, Paris-La Défense, accès bureaux 2, amphi 202
Participation : 10€ par personne
Inscription obligatoire

Pour en savoir plus et s’inscrire

 

Sep 28

Veille – Baromètre Gustave Roussy « Les seniors et le legs »

Gustave Roussy publie les résultats de son 1er baromètre « Les seniors et le legs », réalisé par l’Ifop. Ce baromètre porte sur la notoriété et la destination de cette forme de générosité chez les Français de 55 ans et plus.

Il révèle que près d’un senior sur sept serait prêt à faire un legs à une organisation caritative et que 86% des personnes interrogées sont au courant de cette possibilité.

Cependant, la connaissance des démarches concrètes à effectuer pour faire une telle action est encore limitée puisque seulement 9% des personnes interrogées sont réellement au courant. Le notaire est le référent incontournable pour mettre en place ce type de démarche.

Cette enquête a permis de mettre en évidence un profil type du testateur. Il s’agit d’une femme de plus de 70 ans, vivant seule et n’ayant pas d’enfant.

Les causes soutenues sont majoritairement la recherche médicale et la santé (55%), en lien avec l’histoire personnelle des testateurs ou de leurs proches.

Il n’existe pas aujourd’hui de recensement centralisé des legs, mais l’Association française de fundraising (AFF) estime que le montant total annuel des legs au profit d’organismes d’utilité publique atteindrait 1 milliard d’euros.

Sep 13

Le CerPhi dans les médias – « Les donateurs n’ont pas un budget extensible à l’infini » – Entretien publié dans La Croix

Entretien d’Antoine Vaccaro, Président du CerPhi, publié dans La Croix en août dernier, sur l’impact des nouvelles technologies sur le don.

Les nouveaux outils de collecte ne représentent pour l’instant que 4 à 5% des dons, face aux formes plus classiques que sont les dons suite à des opérations de mailing ou de télémarketing (75%) et les dons par prélèvement automatique (20%). Parmi ces nouvelles façons de donner, deux-tiers sont des dons reçus via Internet suite à une campagne relayée dans un média, suivis par les actions de crowdfunding, via des plateformes de collecte de dons. Les bornes sans contact et les arrondis sur salaire et sur terminal de paiement sont en progression mais demeurent encore des outils de collecte marginaux.

Les comportements de dons évoluent lentement et c’est surtout les jeunes ou les personnes qui font des dons ponctuels qui sont les plus susceptibles de se saisir de ces nouveaux moyens de donner.

Même si pour l’instant ces outils innovants pèsent peu dans la collecte, les associations sont conscientes qu’elles doivent être présentes sur ces créneaux qui sont amenés à prendre de l’ampleur dans le futur, suivant les évolutions de la société.

Lire l’entretien

 

Articles plus anciens «

Voir plus d’éléments